Cors’écologie Conseil : le succès de la 1ère borne en Corse

Après s’être équipé d’une borne Canibal pour des événements ponctuels corses, Madame Vanessa MARCHIONI, Présidente de Cors’écologie Conseil, nous donne ses premières impressions.

Qu’est-ce qui vous a poussé à travailler avec Canibal ?

L’association qui m’a sollicité souhaitait faire une animation sur le thème du recyclage des déchets. Le recyclage classique « verre/emballages/cartons » était déjà mis en place lors de la manifestation annuelle.

Je voulais leur proposer de l’innovation ; quelque chose de complètement nouveau pour une Foire Régionale mais qui devait pouvoir être utilisé lors de ce type de manifestation.

Les filières de recyclage, le système de jeu, l’aspect communicant ?

Le jeu ! sans hésiter ! je pense vraiment que l’aspect ludique permet une forte attraction.

Nous avons d’ailleurs pu le vérifier …

L’aspect communicant n’a pas pu être développé faute de temps ; il peut permettre le financement de la borne lors de ces manifestations ponctuelles.

Les filières de recyclages : même si elles n’arrivent qu’en 3ème position pour cet évènement, cela reste le point le plus important du projet. La filière recyclage des gobelets que Canibal propose en exclusivité est un atout majeur !

– Comment l’installation de Canibal a-t-elle accueillie en Corse ? à Venaco ?

C’était donc une grande première… la borne Canibal a traversé toute la France …. Et la méditerranée !

Et comme toute première, elle a eu droit à son moment de gloire.

Il n’y a eu que des réactions positives envers la borne ; que ce soit en terme d’utilisation, d’efficacité ou d’utilité.

– Quelles sont vos premières impressions après l’installation de la borne ?

Agréablement surprise de l’adhésion. Pour les enfants, le recyclage était un réel jeu. Pour les adultes, la borne et ses filières de recyclages, une nouvelle très bonne raison de trier.

– Pensez-vous utilisez Canibal pour mettre en avant d’autres actions/progrès avec vos partenaires ?

Oui

 – Comment ?

En développant un partenariat avec l’ensemble des foires de Corse et au-delà, avec les festivals et autres événements rassemblant de nombreuses personnes sur des courtes périodes.

Mais aussi avec l’université de Corse, pour des projets étudiants.  

– Pensez-vous que c’est un canal d’information intéressant ?

 Je pense que oui. Mais plus sur des événements courts ou bien sur des lieux de grands passages (type aéroports) ; Sinon, pour les bornes installées à l’année dans des entreprises ou collectivités, il faudra changer souvent de visuel pour fédérer le personnel.

– Pensez-vous que le jeu crée de l’adhésion et incite à l’utilisation de Canibal ?

Oui réellement. A ma grande surprise, le jeu plus que le gain ! En effet, Il y a eu autant (si ce n’est plus) de dons pour la reforestation, que de tickets de loterie !

De plus, le jeu permet aux personnes de passer plus de temps auprès de la borne et donc de s’intéresser à son fonctionnement ; cela donne une meilleure visibilité au message que l’on souhaite faire passer.

– Recommanderiez-vous à d’autres personnes d’adopter une borne Canibal ?

Oui. Complètement !

Vanessa MARCHIONI, Présidente de Cors’écologie Conseil